École des métiers du coaching et de l’accompagnement|contact@ifod.fr - 01 40 20 21 22

L’étonnant Rendement Economique du Coaching d’Equipe

Home/coaching d'équipe/L’étonnant Rendement Economique du Coaching d’Equipe

L’étonnant Rendement Economique du Coaching d’Equipe

Prendre du temps pour s’occuper de l’équipe, c’est perdre du temps… Et cependant quel investissement est-il aussi rentable ? Selon notre estimation le retour sur investissement est de quatre à huit euros par euro investi !

Le temps nécessaire pour créer une équipe de bon niveau est d’environ quatre jours par an et par personne. C’est une durée suffisante pour évaluer les pratiques collectives, réguler le fonctionnement entre les personnes, faire des plans de progrès et avoir des réunions de suivi de la démarche de progrès. Nous n’intégrons pas là-dedans le temps dévolu aux réunions purement opérationnelles mais seulement celui nécessaire au traitement des aspects subjectifs et collectif.

Pour estimer la valeur d’une démarche visant à “faire équipe“ et à l’entretenir nous devons trouver quelques indicateurs facilement observables du côté du coût et de celui du rapport. Le coût en temps est facile à constater ainsi que certains aspects du rendement. En revanche, le niveau d’engagement est plus complexe à estimer même si il est très sensible. On le constate aisément lorsqu’il est négatif (absences répétées, démissions, perte de compétences, arrêts de travail) ; c’est plus difficile lorsqu’il se situe dans des zones moyennes. Cependant, une façon d’y parvenir consiste à le chiffrer à partir du schéma de l’énergie.

[1] Il suffit de donner une valeur sur cent à trois des sept formes d’énergie : l’énergie latente non mobilisée, l’énergie d’entretien utilisée en pure perte et l’énergie gaspillée par manque de coordination ou de concertation suffisante. Par exemple, une équipe peu motivée va laisser de côté 15% d’énergie latente, perdre 10% d’énergie d’entretien dans des querelles et autres mécontentements et encore 15% par manque de coordination ou de préparation. Un total de 40% de perte, qu’on peut convertir aisément en temps passé ou en euros… Mettez un peu plus de mobilisation, une once de régulation et un minimum de préparation et ces chiffres baissent déjà de moitié ! Voyons comment chiffrer plus précisément tout cela.

La limitation des effets négatifs au niveau des process subjectifs aussi peut s’estimer. Que ce soit l’absentéisme, fréquent dans les “fausses“ équipes, les phénomènes de démobilisation  qui produisent une passivité plus ou moins grande (énergie latente), les comportements d’entrave, l’effet de rivalités non traitées, l’énergie perdue dans des attitudes passives, stériles ou rebelles, la déresponsabilisation due au manque de management. Ces effets auront vite consommé plusieurs dizaines de points de pourcentage dans une échelle de rendement.

Pour mettre cela en termes économiques nous avons imaginé une équipe de dix personnes dont le salaire mensuel chargé serait de 3500 € par personne. Ce qui signifie : 3500 x 12 mois x 10 personnes soit 420 000€ pour une année. Admettons que la production de cette équipe soit du double de son coût salarial, soit 840 000€.

Sachant que le coût de mise en place d’un progrès dans le fonctionnement d’équipe peut être évalué à quatre journées par personne sur une année, nous obtenons un total de 40 journées, soit l’équivalent de deux mois de travail d’un collaborateur : 3500 x 2 = 7000€ auquel il faut ajouter 14 000€ de manque à gagner et la présence d’un coach sur quatre jours. Soit un coût total de 29 000€.

Imaginons qu’il en ressorte une amélioration de quatre pour cent dans le rendement global de l’équipe (taux d’amélioration facilement atteignable). cela fait sur l’année un gain de productivité de 33 600€. Le retour sur investissement intervient donc en moins de douze mois !

Pour une équipe qui dysfonctionne, avec une amélioration de 10%, le retour sur investissement est même de trois mois !

Nous avons pu constater cela par nous mêmes lorsqu’il nous a été demandé d’améliorer le fonctionnement d’équipes projet en retard sur leur planning et risquant parfois des indemnités de retard vis à vis de leur client. Il n’était pas rare qu’elles récupèrent en quelques semaines le temps perdu précédemment alors même que nous commencions par leur faire suspendre leur travail pendant deux jours pour s’organiser et traiter les aspects subjectifs!

Voilà qui assure l’avenir du coaching d’équipe !

Olivier Devillard
Directeur Pédagogique de l’IFOD


[1] La dynamique des équipes, O. Devillard

By | 2017-03-22T10:25:43+00:00 mai 6th, 2014|coaching d'équipe|